Comment comprendre le comportement répétitif dans l’autisme ?

413
Partager :

Découvrez des comportements répétitifs spécifiques à l’autisme, notamment le battement des mains, le balancement, le discours répétitif et quelques exemples moins connus. Découvrez quand il faut s’inquiéter et comment ces comportements peuvent aider les individus à traiter le monde qui les entoure.

Sept exemples de comportement répétitif dans l’autisme

Le DSM-5, les comportements restreints et répétitifs sont un critère diagnostique de base pour les troubles du spectre de l’autisme (TSA). Toutes les personnes diagnostiquées autistes sont touchées dans une certaine mesure, mais les comportements réels peuvent varier. Si vous vous interrogez sur un diagnostic d’autisme, il peut être difficile de comprendre à quoi ressemblent ces comportements, mais des exemples peuvent vous aider.

A lire en complément : Kyste du poil incarné : identification et épilation

Le balancement en arrière et en avant

Lorsqu’une personne autiste est debout ou assise, elle peut se balancer d’avant en arrière ou d’un côté à l’autre. Ce comportement de balancement peut ressembler à un simple déplacement de pied en pied, ou il peut être plus dramatique et vigoureux. Elle peut se produire dans certaines situations, comme à l’heure des repas ou lors de déplacements en voiture, ou elle peut se produire tout le temps.

Le battement des mains ou l’agitation des doigts

Certaines personnes atteintes de TSA peuvent agiter leurs mains ou leurs doigts devant leur visage. En fait, pour de nombreux parents, les battements de mains sont l’un des premiers signes qu’un enfant peut être autiste. Ce battement rapide peut durer de quelques secondes à plusieurs heures. Ce mouvement et d’autres mouvements répétitifs sont parfois appelés « stimming » (ou autostimulation). 

Lire également : Où peut-on trouver de l'huile de chanvre ?

  Des actions qui se répètent

Chez les enfants atteints de TSA, le jeu peut prendre une forme différente. Ces enfants alignent parfois des objets ou font tourner des jouets ou des parties de jouets. Ces caractéristiques de comportement peuvent être subtiles ou très perturbatrices de la vie quotidienne. Dans tous les cas, le comportement est répété encore et encore d’une manière qui ne sert pas une fonction claire.

Le léchage, la morsure ou le mâchonnement d’objets ou de personnes

Il est naturel pour les bébés et les jeunes enfants d’explorer le monde avec leur bouche, mais, si ce comportement persiste après l’âge de trois ans, cela peut indiquer un certain trouble. Si quelqu’un lèche régulièrement des objets ou des personnes ou mord à plusieurs reprises, cela peut indiquer un comportement répétitif.

Un langage répétitif

Une personne du spectre autistique peut répéter les mêmes mots ou phrases sans les utiliser pour communiquer. Cela s’appelle l’écholalie, et peut prendre la forme de lignes de film répétées, de publicités télévisées ou de jingles radiophoniques. Il peut aussi s’agir d’une phrase ou d’une interaction qui est à chaque fois la même. Ce type de langage peut être difficile pour les fournisseurs de soins, mais il peut représenter un jalon de développement pour les enfants atteints de TSA.

L’insistance sur la routine

Pour certaines personnes atteintes de TSA, les changements dans la routine peuvent être alarmants. Les enfants peuvent piquer des crises de colère lorsque leur routine est perturbée, et les adultes peuvent se mettre à dos et refuser de participer à quelque chose de différent. La façon dont la personne réagit au changement de routine peut indiquer la gravité de ce type de comportement restreint.

Certaines routines consistent à manger les mêmes aliments, à suivre le même horaire, à porter les mêmes vêtements, à avoir les mêmes interactions et à s’en tenir aux mêmes schémas de pensée. Les transitions, ou le passage d’une activité à une autre peuvent également être difficiles.

Les intérêts et les préoccupations intenses

Les personnes autistes ont souvent des obsessions intenses ou des « intérêts particuliers ». Chez les très jeunes enfants, cela peut prendre la forme d’une collection d’objets, comme des parties d’objets ou de petits articles ménagers. Chez les enfants plus âgés et les adultes, elle implique souvent une connaissance profonde et passionnée d’un sujet spécifique. La personne pensera sans cesse au sujet et pourra persévérer dans la conversation avec les autres. Les thérapeutes et les soignants peuvent utiliser ces intérêts particuliers pour aider à motiver un individu à travailler sur des objectifs.

Quelles sont les raisons des comportements répétitifs ? 

Les comportements répétitifs et restrictifs peuvent être distrayants et peuvent interférer avec la vie d’une personne. Cependant de nombreux chercheurs et thérapeutes pensent qu’il y a des raisons à ces comportements ou stigmates. Les stigmates peuvent remplir diverses fonctions, dont les suivantes. 

La gestion de la surstimulation et de la sous-stimulation

Une personne autiste peut ne pas être capable de filtrer les stimuli étrangers comme le reste de la population. Pour eux, le monde peut être bruyant, visuellement distrayant et généralement inconfortable. Les comportements répétitifs peuvent aider à gérer cette situation. De même, il se peut que la personne ne reçoive pas suffisamment d’informations sensorielles dans un domaine, alors ces comportements peuvent les lui fournir.

La gestion des émotions

Quand les gens sont bouleversés, leur corps le montre parfois. Vous avez peut-être remarqué que vous tortillez vos cheveux ou que vous vous rongez les ongles lorsque vous êtes anxieux. Dans le cas des enfants et des adultes autistes, cela peut prendre la forme de comportements répétitifs. La constance de ces comportements peut être réconfortante lorsque les choses semblent imprévisibles et déroutantes.

Doit-on essayer de mettre fin aux comportements répétitifs ?

Parce qu’ils sont un signe extérieur de l’autisme, les parents et les amis des personnes du spectre espèrent parfois mettre fin aux comportements répétitifs. Il est essentiel de se rappeler que ces comportements servent probablement à un objectif important. Mais que faire si le comportement est dangereux, extrêmement distrayant ou s’il nuit à la capacité d’une personne de mener une vie normale ? 

Une option consiste à travailler avec un ergothérapeute pour réorienter les comportements de manière à ce qu’ils soient plus acceptables et moins susceptibles d’interférer avec la vie quotidienne. Le thérapeute peut également aider à déterminer la fonction du comportement et à trouver d’autres moyens de satisfaire ce besoin.

Si vous suspectez de l’autisme

Si vous reconnaissez ces comportements et que vous soupçonnez que vous ou votre enfant êtes autistes, parlez à votre médecin habituel, à votre pédiatre ou au district scolaire local pour un dépistage. Bien que cela puisse prendre un certain temps avant d’accepter un diagnostic, c’est un élément important pour comprendre et aider les personnes qui font partie du spectre autistique.

Partager :