Comment faire pour convaincre son banquier pour un prêt immobilier ?

276
Partager :

Un prêt immobilier peut parfois être compliqué à contracter. Le banquier à qui vous essayer d’obtenir un crédit immobilier, a besoin de beaucoup de garanties de votre part, ainsi que dans votre dossier, pour pouvoir vous l’autoriser.

Beaucoup d’acheteurs dans l’immobilier sous-estiment cette étape, et ne réfléchissent pas assez à comment mettre les chances de leur côté, afin que leur demande de prêt soit acceptée. De plus, convaincre son banquier n’est pas la plus dure des tâches, il suffit juste de ne pas être ambigu et clair dans ses garanties.

Lire également : Qui sont les personnes les plus riches de Suisse ?

Un prêt immobilier est souvent associé à une somme élevée. Il est vrai que, la plupart du temps, les montants accordés par les banquiers pour l’achat d’un logement, sont élevés. Dans ce sens, le prêt immobilier est encore plus important que le prêt pour l’achat d’une voiture notamment. Il faut également avoir de l’argent de côté, afin d’avoir un apport conséquent dans votre projet.

Les attentes du banquier

Pour convaincre un banquier d’accorder un prêt immobilier, retenez un maître mot : la stabilité financière. Cela semble aller de soi, mais pour accorder une somme conséquente à un particulier, le banquier a besoin d’être rassuré.

Lire également : Comment utiliser Piggy Banking pour économiser plus d'argent ?

En effet, vous devez être en mesure d’apporter de la confiance financière entre le banquier et vous, et ça, en prouvant que vous ne possédez pas de gros risques de non-remboursement dans vos finances. Comme tout autre type de prêt, le banquier se penchera vers d’autres critères classiques.

C’est le cas notamment de votre salaire. Logique, mais plus vous gagnez d’argent, plus le banquier aura confiance envers vous et votre projet. Mais d’autres critères peuvent faire pencher la balance en votre faveur. En plus d’une situation financière assurée d’être stable, le banquier va regarder la somme que vous possédez d’ores et déjà.

C’est-à-dire que moins vous avez à emprunter, plus grandes sont vos chances de réussite d’emprunt. Le banquier regardera parfois également si dans le passé, vous avez déjà été dans le dur financièrement. Si ce n’est pas le cas, ce dernier aura plus confiance en vous.

Enfin, il y a un point important que vous devez évoquer avec le banquier avant de contracter un prêt immobilier. Il vous faut vérifier que le prêt que vous êtes sur le point d’obtenir ne vous mettra pas trop dans le dur financièrement.

Le banquier doit notamment avoir l’assurance qu’en plus du prêt à votre disposition, il vous reste un peu d’épargne de côté. On appelle notamment l’argent qu’il vous reste pour vivre à côté d’un prêt, un reste à vivre. Ce reste à vivre doit rester conséquent pour ne pas être pris à la gorge financièrement après.

Que faire en cas de refus du prêt ?

Le refus de votre dossier de demande de prêt n’est pas la fin du monde. Il est important cependant de bien comprendre pourquoi votre demande de prêt a été refusée. Cela vous permettra en cas de demande future, d’apprendre de vos erreurs, si erreur il y a eu.

Rappelons que pour beaucoup de refus de prêt, la règle du taux d’endettement entrait en compte. Lorsque vous effectuez un prêt immobilier, votre taux d’endettement suite à ce prêt, ne doit pas dépasser les 33% de vos revenus. Cette norme est commune à toutes les banques et cette donnée sera vérifiée à chaque demande de prêt.

N’hésitez pas non plus à reporter votre demande de prêt. En effet, elle peut être une période de stress intense. Entre l’attente de la décision, toutes les différentes démarches administratives, c’est un procédé très usant. Il est donc conseillé après le refus d’un prêt de reporter quelque peu cette nouvelle demande.

Cette période de report de prêt vous permettra de refaire le bilan de vos finances, de pourquoi ne pas amener encore plus d’investissement de base, dans votre demande.

Un crédit immobilier peut également être obtenu par le biais de courtiers. Un emprunteur peut, en payant un courtier, laisser ce dernier s’occuper de toutes les démarches nécessaires à convaincre un banquier de lui donner un prêt. Vous pouvez également choisir de vous tourner vers une autre banque, peut être moins exigeante en termes d’apport financier.

Partager :